dimanche 2 février 2014

Alliage d'Estée Lauder, 1972.




Nouvelle année, nouveau billet. 
J'ai souvent écrit sur des parfums dévergondés, des parfums culottés voire carrément déculottés et plutôt du côté poule de luxe du curseur olfactif ; Alors une fois n'est pas coutume pour bien commencer et reprendre langue (oui, cela se dit c'est chic non ? ) et après une interruption de près de deux mois, voici dans le genre propre et sportif : Alliage.  
Un chypré vert, aromatique et savonneux, typique des années 70 à la sauce Lauder c'est-à-dire avec une voix forte, qui porte et longtemps. 

A la vaporisation on est emporté par un galbanum giclant arrosé d'aldéhydes. Les facettes fruitées du galbanum sont supportées par une touche de pêche et des agrumes discrètes. Les aldéhydes font l'effet du vinyle en peinture ou de la 3D au ciné, ils rendent tout plus lumineux en rayonnant et offrent un volume impressionnant, ici ils donnent de l'air et un aspect propre dont la suite ne se départira pas.

Des notes vertes aromatiques (thym, pin, un peu sauge à mon nez),  bucoliques à souhait, sont soutenues par un joli fleuri humide, zen, sabre et buisson de thé. Une amertume jouissive, des accents métalliques qui se fondent magnifiquement sur une base mousse vétiver et même de la myrrhe un peu baumée. 

Une classe folle pour ce  parfum qui respire, qui sent bon le plein air, et qui m'évoque un métal argenté avec des iridescences vertes claires. Lumineux, souriant et même carrément ultra bright.   Le parfum de l’américaine idéale, la super woman athlétique, grande et un peu carrée avec un caractère bien trempé et un sourire carnassier.

 Ce n'est pas un parfum réaliste,  c'est un parfum concept, abstrait  qui évoque plutôt une ambiance.  Et j'imagine un court de tennis et les drôle de dames en micro short blanc immaculé qui courent après la balle en riant, jamais décoiffées, increvables. Alliage n'est pas spécialement froid, mais il a quelques chose d'une peau nue frissonnante et un peu humide de sueur après l'effort.

Alliage, réveillez la Jill Munroe qui est en vous. 



Photo : celebrityphoto.com

2 commentaires:

  1. Tu as réussi à me donner suffisamment envie pour le chercher et le trouver. Et pour le printemps qui tarde à arriver, une vraie bombe!
    Merci;)

    RépondreSupprimer
  2. Un truc incroyable sur mon vapo: tant qu'on appuie, ça continue à diffuser! comme pour les désodorisants!

    RépondreSupprimer